Archive

Posts Tagged ‘NAS’

Changement de routeur: Linksys E4200 – Partie 1

Ca y est mon nouveau routeur Linksys E4200 vient d’arriver.
Il va venir remplacer mon précédent routeur, le fameux Linksys WRT54G.

WRT54G
WRT54G

Cela fait maintenant 6 ans que j’utilise le WRT54G et le moins que l’on puisse dire c’est que ce routeur est une vrai petite merveille.
La particularité de ce routeur est liée à son firmware sous license GNU GPL, qui a très rapidement était repris et modifié, par la communauté du libre.
De très nombreux firmwares alternatifs ont donc vu le jour, parmi lesquels, OpenWrtDD-WRT ou encore Tomato.
Après en avoir essayé plusieurs, je suis finalement devenu un fidèle utilisateur de Tomato firmware.
Par rapport à la version officielle du firmware, Tomato apporte de nombreuses nouveautés, avec au programme une interface en AJAX avec des graphes de type SVG, la possibilité de « réveiller » les équipements de votre réseau local grâce à la fonction Wake On LAN (WoL), des fonctions poussées de gestion de Qualité de Service (QoS), un scheduler permettant de programmer l’activation / désactivation du WiFi, et bien d’autres fonctions plus poussées !

Tomato Firmware: suivi de la bande passante

Tomato Firmware: suivi de la bande passante

Alors pourquoi changer de routeur ?

Depuis maintenant un an, le nombre d’appareils connectés en WiFi à mon domicile commence à sérieusement augmenter: PC portable, PSP, 2 smartphones et très prochainement une tablette ASUS EeePad Transformer !
De plus, suite à mon dernier déménagement, la couverture en WiFi de la maison est insuffisante. Par exemple, impossible de se connecter, depuis le sous sol, le jardin, et à l’étage la réception est très mauvaise.
Bref, je souhaite donc remplacer mon routeur, par un modèle offrant un meilleur débit et une meilleure portée de signal.

Mon choix c’est donc porté sur le Linksys E4200.

Linksys E4200
Linksys E4200

Le choix de la marque n’a pas était trop difficile: en 6 ans le WRT54G ne m’a jamais fait défaut, malgré les très nombreux flashage et bidouillage effectués.
Je suis donc resté fidèle à la marque.
Quand au choix du modèle, le E4200 est arrivé en tête de nombreux comparatifs de routeurs WiFi sur le Net et pour ne rien gâcher son design est plutôt sympa. Ce dernier point sera d’ailleurs primordial pour le WAF 😉 !
Enfin, on peut trouver ce modèle aux alentours de 135€  sur le Net.

Coté specs, ce modèle gère le WiFi N, intègre un switch 4 ports en Gigabit et possède un port USB, permettant au choix, le partage d’une imprimante ou de fichiers si un disque dur ou une clé USB est connecté.
Dans ce cas, le routeur pourra faire office de serveur FTP, de NAS (partage SAMBA) ou encore de serveur Multimédia via le protocole UPnP.
Malheureusement, coté performance les débits offerts par ces fonctionnalités de partage de fichiers sont très passable, c’est donc une fonctionnalité que je n’utiliserai pas.

En revanche, je profiterai du switch 4 ports Gb intégré pour remplacer mon switch DLink actuel… ça sera toujours un appareil en moins consommant 24/7.

Linksys E4200
Linksys E4200

Le E4200 est un modèle Dual Band, c’est à dire qu’il émet un signal radio sur 2 fréquences à savoir 2.4GHz et 5GHz.
La fréquence 2.4GHz est celle utilisée jusqu’à présent par les normes Wifi b et g ainsi que par les équipement Wifi n de 1ère génération.
La fréquence 5GHz a l’avantage de ne pas être perturbée par les ondes des réseaux de téléphonie mobiles ou par le bluetooth et permettra donc d’obtenir un meilleur débit théorique, si vos périphériques sont compatibles.
Petite particularité de ce modèle, il peut émettre simultanément sur ces 2fréquences.
Le E4200 permet donc d’offrir 2 points d’accès WiFi distincts, voire un 3ème si le compte WiFi invité est activé.
Ce HotSpot pour invité offre une simple connexion internet sans accès possible à vos autres équipements connectés.

Le WiFi N offre un débit théorique de 150Mb/s soit environ 18.5Mo/s.
Le E4200 possède 6 antennes distinctes, 3 étant dédiées à la fréquence des 2.4GHz, les 3 autres à celle de 5GHz.
Avec sa configuration MIMO, le routeur permet d’agréger le débit théorique des 3 antennes dédiées à la fréquence sélectionnée, afin d’atteindre un débit théorique maximal de 450Mb/s (55Mo/s) !
Seulement pour bénéficier d’un tel débit, vos équipements WiFi ont besoin de posséder 3 antennes, ce qui n’est malheureusement pas mon cas 😦
Autre aspect intéressant, ce routeur possède un système de contrôle parental, qui va permettre de configurer pour chaque équipement connecté – dans la limite de 5 – les protocoles autorisés, ainsi que les plages horaires de connexion à internet.

Maintenant que les présentations sont faites, commençons par le déballage du modem.
Mais pour cela il faudra attendre le prochain post…

La suite très bientôt !

Publicités

Mediacenter: futures évolutions…

Voilà maintenant 2 ans que j’utilise un mediacenter au quotidien pour mes loisirs numériques. Depuis la sortie de Windows 7, j’ai remplacé mon ancien enregistreur de DVD par Windows Media Center 7 (WMC7) comme indiqué dans un précédent post.
J’en ai profité pour centraliser dans un PC des fonctions jusque là séparées dans différents équipements:

  • partage de fichiers (NAS)
  • lecteur de fichiers multimédia (Popcorn Hour)
  • magnétoscope numérique (Enregistreur de DVD)
Le fait de regrouper toutes ces fonctions en un seul PC, m’a permis de limiter le nombre d’appareils allumés en quasi permanence, et de fait, de réduire ma consommation électrique.
J’ai choisit une carte mère et une tour pouvant recevoir jusqu’à 10 disque durs afin de pouvoir étendre ma capacité de stockage aisément.
En effet, les enregistrements TNT HD sont assez gourmant en espace disque. Il faut compter environ 8Go par film au format HD.
Actuellement mon PC possède un espace de stockage de 8.25 To, avec chaque disques dédié à une fonction spécifique:
  • 500 Go: disque système
  • 2 To: disque dédié à l’enregistrement TV
  • 2 To: disque dédié au stockage de films que je souhaite conserver après les avoir vu
  • 1.5 To: disque dédié au stockage de série TV, de documentaire et de dessin animés à conserver
  • 1.5 To: disque contenant mes données personnelles: photos, vidéos, documents
  • 500 Go: disque dédié au téléchargement stockage de podcasts (audio et vidéo)
  • 250 Go: disque dédié au téléchargement stockage de logiciels et jeux vidéos open source/abandonware
Je pensais être tranquille quelque temps avec cette capacité de stockage, mais je me rends compte que n’ayant pas le temps de regarder autant de films / séries TV que je le souhaiterai, j’enregistre beaucoup plus rapidement que je ne consomme. Résultat, certains disques durs comme celui dédié au stockage de série TV / docu / dessin animé est quasiment plein, et celui dédié à l’enregistrement TV n’a plus que 20% d’espace libre…
Vue le prix des disques durs je pourrai facilement résoudre mon problème à moindre frais. Aujourd’hui un disque dur de 2 To coûte moins de 70€ et a le prix/Go le plus intéressant, même si cela risque de rapidement changer avec les disques de 3 To que l’on commence à trouver aux alentours de 160€.
Pour tout ce qui est stockage de données (donc tous mes disques à l’exception du disque système), je privilégie l’utilisation de disques Samsung Eco Green, qui avec une vitesse de rotation moins élevée, augmente la durée de vie du support, tout en limitant les nuisances sonores et la consommation électrique.
De plus, grâce à la fonction de librairie introduite avec Windows 7 il est facile de mutualiser les données réparties dans différents dossiers ou disques dur. Cela me permettrai de rajouter un nouveau disque pour le stockage de série TV/docu/dessin animés et d’avoir le contenu de ces 2 disques durs affichés dans WMC7 lorsque je parcours cette catégorie de vidéos.
Oui mais voila… 3 problèmes me font réfléchir à une alternative…
A l’exception de mon PCHT, mes autres PC tournent tous sous Ubuntu. Au passage, je viens d’ugrader en version 11.04 et je n’aime pas du tout la nouvelle interface Unity… Vivement l’intégration de Gnome 3.0 !
Le disque dur de mon Mediacenter dédié au stockage de mes données personnelles (documents/photos/vidéos) est partagé en lecture/écriture afin que je puisse travailler depuis mon bureau ou mon PC portable. Il s’agit bien entendu d’un partage Samba (Windows oblige), et jusqu’à présent je n’avais relevé aucun problème lors de l’accès à ces données depuis mes autres PCs. Sauf que je viens de me rendre compte que les répertoires contenant de nombreux sous dossiers/fichiers ne s’affichent pas correctement depuis Ubuntu. Certains fichiers/dossiers pourtant bien présents, ne sont tout simplement pas affichés dans le navigateur de fichier Nautilus.
En cherchant un petit peu sur le net, je me suis rendu compte que je n’étais pas le seul dans ce cas, mais je n’ai pas réussit pour autant à résoudre ce problème. Il s’agit de la principale raison pour laquelle je souhaite revoir mon ‘architecture’ actuelle.
Autre raison, nous sommes en train de refaire notre salon et le design de la tour, aussi sympa soit il, ne va pas très bien avec nos nouveaux meubles. De plus la tour est assez imposante et ne rentre pas dans notre meuble TV.
Fractal Design R3 Titanium

Fractal Design R3 Titanium

La solution à ce problème serait de séparer les fonctions de stockage et de diffusion de médias.
Certains constructeurs commercialisent des PCHT alliant puissance, faible encombrement, design, et prix… excessif !
Le PCHT Asrock Vision 3D, bientôt disponible en version Sandy Bridge avec lecteur Bluray slot-in intégré (source Homemedia), me tente particulièrement!
Asrock Vision 3D

Asrock Vision 3D

Le principal problème avec ce genre de config est qu’il m’est impossible d’utiliser mon Tuner FiredTV qui me sert à enregistrer les chaines TNT de Canal+. En effet cette carte utilise une connectique FireWire, que je n’arrive pas à retrouver sur ces PCHT.
Une alternative intéressante, pourrait être l’utilisation de Tuner réseau comme le HDHomeRun. Il s’agit d’un double tuner TNT connecté à votre réseau par éthernet et qui permet de diffuser le signal TNT à tout équipement compatible connecté. Ses drivers compatibles Windows Media Center permettent une utilisation de ce tuner similaire à celle de tuner ‘classique’. Malheureusement, ce modèle, et à ma connaissance, tous les autres tuners réseau disponibles sont dépourvus de port Common Interface (CI), nécessaire à l’utilisation de ma carte d’abonné C+.
Donc à ce jour, cette solution n’est pas satisfaisante pour moi.
Une 2ème possibilité (merci media-center7), est l’utilisation de DVBLink Network Pack afin de partager sur votre réseau des tuners raccordés sur un PC. Dans mon cas, si j’utilise ma tour actuelle pour le stockage – après l’avoir déplacée dans mon bureau par exemple – je pourrai quand même y conserver mes tuners actuels connectés, et grâce à ce soft, les partager, afin de les utiliser sous WMC7 depuis le PCHT de salon.
Même si j’aurai préféré une solution matérielle comme le HDHomeRun, cette alternative vaut le coup d’être testée!
Enfin, dernière raison pour laquelle je souhaite faire évoluer ma solution actuelle… est qu’après 2 ans d’utilisation je me lasse un peu et j’ai à nouveau envie de mettre les mains dans le cambouis 😉 !
Donc ça y est la décision est prise, je vais remplacer le PC actuel par un PCHT comme le Asrock Vision 3D, plus une solution évolutive pour le stockage.
Un NAS semble tout indiqué pour le stockage, mais les solutions avec 5 disques ou plus sont assez onéreuses. Compter au moins 750€ pour le Synology DS 1511… auxquels il faudra rajouter le coût des disques durs.
Une telle solution associée à des disques de 3 To permettra de stocker 15 To de données au maximum, moins en cas d’utilisation du RAID. Il est toutefois possible d’étendre cette capacité maximale à 30 To, grâce à l’utilisation d’un boitier d’extension 5 baies, le Synology DX510.
Synology DS1511

Synology DS1511

Une deuxième solution, nettement moins coûteuse, serai de conserver le PC actuel, et d’utiliser un OS orienté partage de fichier, comme Freenas qui vient de sortie en version 8.0 ou encore Windows Home Server (WHS) qui vient tout juste de sortir en version 2011 (cf. ce post).
Au vue des premiers retours sur Freenas 8.0, les performances ne semblent pas vraiment être au rendez vous, et une nouvelle Roadmap vers une version 8.1 plus complète et plus performante vient de voir le jour. Quand à WHS comme indiqué dans mon précédent post, Microsoft ayant choisi de retirer la fonctionnalité la plus intéressante de WHS dans sa version 2011, le choix entre la version 2003 et la nouvelle version va être assez difficile!
En gros, le Drive Extender (DE) est une fonctionnalité qui permet de créer un unique disque virtuel en cumulant l’espace de tous les disques durs du système. Aucune contrainte sur les disques: contrairement au RAID, ils peuvent être de taille différentes.
De plus une fonction permet sur les dossiers sensibles d’en assurer la protection en dupliquant les données sur des disques physiques différents.
Le système de fichier utilisé reste du NTFS, il est donc possible en cas de besoin de sortir un disque du pool de stockage et d’accéder à son contenu depuis n’importe quel PC.
Bref cette fonctionnalité a disparue de WHS 2011, et 3 sociétés travaillent sur des plugins afin que l’utilisateur puisse retrouver une fonctionnalité similaire.
Autre déception, malgré les demandes des utilisateurs de WMC7, Microsoft n’a pas ajouté la gestion des Tuners dans WHS 2011. Dans mon projet de séparation des fonctionnalités, le fait de pouvoir installer les tuners  sur le PC WHS 2011 aurait été la solution idéale. Le PCHT de salon aurait alors eu un simple rôle d’interface de programmation des enregistrement en plus de sa fonction de diffuseur de contenu.
En effet le PC WHS 2011 étant voué à être allumé en permanence, le fait de lui ajouter un rôle  de gestion des Tuners et des enregistrements TV semble donc justifié.
Encore une fois Microsoft en a décidé autrement.
Seule interaction entre WMC7 et WHS 2011, le transfert automatique vers WHS des programmes enregistrés et leur conversion automatique dans différents formats afin de pouvoir être visualisés sur des équipements mobiles par exemple.
Mon salut viendra donc d’une utilisation conjointe de WHS (2003 ou 2011) et de DVBLink Network Pack. Mais pour cela il faut que je vérifie que les drivers de mes 2 tuners existent bien pour Windows 2003 et 2008 Server, qui sont les versions de Windows autour desquelles ont été construit WHS 2003 et 2011. Il faudra également valider que DVBLink Network Pack peut s’exécuter sur WHS…
Enfin, concernant mes problèmes de partage de données entre Windows et Ubuntu, il semble exister un service de partage NFS sous Windows 2003 et 2008 Server. Cela devrait donc résoudre ce problème bloquant, le NFS étant le protocole de partage natif sous Linux.
Bref pas mal de recherche, test et bidouillage en perspective… et ce n’est pas pour me déplaire, loin de là !

Mon Homecinema – Evolutions: 1er job, 1er Homecinema

Suite du post sur les débuts de mon Homecinema durant mes années d’études…

Et voila, juillet 2003, diplôme en poche, direction la région parisienne pour mon 1er job.
Le temps de déménager, de toucher quelques mois de salaire, de s’équiper en mobilier, passage à la vitesse supérieure.
Exit, l’ampli stéréo No Name et welcome mon 1er ampli HC. Mon choix c’est porté sur le Yamaha RX-V540 RDS suite à la lecture de tests et commentaires sur le NET. Avec un décodage Dolby Digital et DTS, une puissance suffisante pour mon petit salon et un prix raisonnable cet ampli c’est avéré être un excellent choix qui m’a accompagné durant plus de 5 ans!

Yamaha RX-V540 RDS

Yamaha RX-V540 RDS

Dans la foulée viennent s’ajouter un pack 5.0 Pionner, une TV Sony Trinitron 4:3 de 72cm et un lecteur Dvd multizone Yamada qui ne fit pas long feux et rendit l’âme au bout d’un an à peine…

Pack Pioneer 5.0

Pack Pioneer 5.0

Gros consommateur de Dvds, j’ai été un fidèle client de Cdiscount pour mes achats de Z2 ainsi que de feu DVDSoon pour mes imports de Z1. Le lecteur Yamada a donc été rapidement remplacé par un Yamaha DVD-S540 afin que je puisse avoir ma dose quasi quotidienne de films et séries 😉 .

Yamaha DVD-S540

Yamaha DVD-S540

Je me suis également équipé assez rapidement d’un enregistreur DVD Liteon. J’ai choisi de ripper et de compresser en Divx les films/séries enregistrés, afin de me constituer un petite vidéothèque. En revanche, la qualité d’image des fichiers obtenus n’était pas forcément exceptionnelle…

Noël 2006 a été l’occasion de compléter notre système 5.0 grâce à l’ajout d’un petit caisson de basse. A nous les joies du 5.1 ! Nous avons choisi le caisson de basse Audience A10 qui allie parfaitement puissance, design et prix. D’ailleurs 5 ans plus tard il trône toujours dans notre salon !

Audience A10

Audience A10

Afin d’exploiter facilement les films enregistrés sur notre graveur de DVD, puis compressés et stockés sur le disque dur du PC (et oui, à l’époque nous n’avions qu’un seul PC à la ‘maison’… ), nous avons acheté un TVIX 5000HD.
Raccordé à la TV via un connecteur RCA, et à l’ampli via un câble optique, ce boitier multimédia nous a servi de stockage et de diffuseur pour nos vidéos et notre musique. Simple d’utilisation et pilotable à la télécommande il permet de visualiser, photos et vidéos, d’écouter de la musique et d’accéder à des services en ligne comme Youtube grâce à son port éthernet.
Autre utilisation possible, se connecter à un dossier partagé sur un PC distant afin d’en streamer le contenu.

DVICO Tvix 5000 HD

DVICO Tvix 5000 HD

Ayant acquis un PC portable, le besoin s’est rapidement fait sentir de pouvoir accéder à nos vidéos et musique, aussi bien depuis notre TVIX que depuis le portable. Dans un premier temps, nous avons choisis d’utiliser notre PC desktop sous Ubuntu afin de partager les données via un share NFS. Principal problème avec cette solution, l’augmentation de la consommation électrique et des nuisances sonores, dues au fait que ce PC restait constamment allumé en journée afin de diffuser son contenu.
Afin de palier à ce problème, je me suis donc équipé d’un Nas QNAP 209 Pro.
Ce type d’appareil fait office de serveur de stockage de fichier autonome et est connecté au réseau afin de partager le contenu de ses disques. Les avantages de cette solution sont le faible encombrement, les nuisances sonore réduites au minimum, tout comme la consommation électrique et, dans le cas de ce modèle un design plutôt sexy. Il s’administre depuis un PC en se connectant au serveur web embarqué dans le NAS.
Ce modèle permet d’utiliser 2 disques dur pour une capacité de stockage maximum de 4 To.
De plus, grâce à son firmware évolutif, il est possible d’étendre les fonctionnalités de l’appareil. Il pourra donc être utilisé afin d’y héberger un site web, un serveur FTP, de contrôler des caméras IP installées sur votre réseau, d’utiliser le service de téléchargement de fichiers torrents, de partager aisément vos photos avec vos amis / famille… Bref un appareil très complet, évolutif, simple d’utilisation et économe à l’usage!
Equipé d’un port Gigabit ce modèle autorise le streaming de contenu HD et propose donc de bon taux de transfert.
Coté stockage de données, il est possible de configurer l’espace de stockage en mode RAID 0 ou RAID 1.
Le RAID 0 permet de cumuler l’espace de stockage des 2 disques en un seul et unique disque virtuel. Cela permet d’optimiser la vitesse de lecture / écriture car les données sont réparties sur 2 disques durs physiques. En revanche l’inconvénient de cette solution est sa fiabilité: en gros, si un des deux disques dur présente un défaut, l’ensemble des données sera alors perdue…
L’autre mode disponible, le RAID 1 permet d’utiliser un disque en tant que miroir de l’autre. Il n’y a donc aucun gain de vitesse, et l’espace de stockage disponible est réduit de moitié par rapport au RAID 0. Par contre en cas de défaillance d’un disque les données ne sont pas perdues, et il suffit de remplacer le disque endommagé pour que le NAS recopie le contenu du disque saint sur le disque remplacé.
Pour ma part, je n’ai pas utilisé la solution RAID, car  j’avais à ma disposition 2 disques dur de taille différente. En effet, pour fonctionner de façon optimale le RAID nécessite des disques durs identiques, sans quoi l’espace utilisé sur chaque disque correspondra à la taille du plus petit des disques utilisé. J’ai donc installé deux disques de tailles distinctes et partagés différents répertoires sur ces disques.
Seul inconvénient avec les NAS, leur prix relativement élevé…

QNAP 209 Pro

QNAP 209 Pro

Puis en 2007, après 4 ans de bons et loyaux services, nous avons revendu notre TV cathodique, pour la remplacer par un écran LCD Philips de 42″ équipé de leur fameux Ambilight.
Autant dire qu’entre l’ancienne et la nouvelle TV c’est le jour et la nuit.
Avec un grand écran 16/9ème et un bon son en 5.1, le Homecinema prends tout son sens!
On en a profité par la même occasion pour passer au numérique, grâce au tuner Tnt intégré (malheureusement SD).

Philips 42PFL7962D

Philips 42PFL7962D

Puis ce fut l’engrenage 😉 !
Qui dit TV HD, dit contenu HD, et diffuseur HD… or le boitier TVIX était dépourvu de sortie HDMI et de compatibilité avec les derniers conteneurs vidéo comme le MKV.
Il a donc été remplacé par un boitier Popcorn Hour A100, équipé d’un connecteur HDMI 1.3.
Autre avantage de ce boitier, un prix très bas, la compatibilité avec les principaux formats audios et vidéos, le support des sous titres, et l’importante communauté de développeurs qui c’est formée autour de ce hardware. Cela signifie de nombreux plugins installable afin de customiser l’interface, d’ajouter de nouvelles fonctionnalités, … De plus, tout plein de services jusque là réservés à des appareils plus coûteux comme les NAS sont disponibles. C’est ainsi qu’on retrouve des services de partage de fichier et de téléchargement de fichiers torrents.

Popcorn Hour A100

Popcorn Hour A100

Les DVDs c’est bien, mais les Bluray c’est mieux !
Je me suis donc équipé d’une PS3 afin de pouvoir utiliser son lecteur Bluray pour visionner des films en HD.
Autre avantage… la possibilité de jouer en 5.1 sur un 42″ HD 😉

PS3

PS3

Puis fin 2007, nouveau job, déménagement, … donc bientôt un nouveau post avec les dernières évolutions de mon Homecinema!

Petit teaser, il y sera question de PCHT (PC HomeTheater ou PC MediaCenter)!

Radios IP et streaming de musique: Logitech Squeezebox ou Philips Streamium ?

Depuis quelques temps, je suis à la recherche d’un moyen de sonoriser certaines pièces de ma maison, comme la salle de bain ou la cuisine. Que ce soit pour écouter de la musique, la radio ou encore des podcasts, l’appareil choisi, devra être de faible encombrement, avoir une qualité sonore et une puissance raisonnable, être simple d’utilisation, le tout pour un tarif non excessif.

Après avoir fouiné un peu sur le net, j’ai commencé à m’intéresser à la gamme Squeezebox de Logitech.
Il s’agit d’un équipement, qui une fois connecté au réseau via un câble ethernet ou par wifi (en fonction du modèle) permet de diffuser des webradios ou de la musique partagée sur votre réseau local. Il est également possible via l’ajout de plugins, d’utiliser les services Deezer et Spotify, à condition de disposer d’un compte Premium. D’autres plugins permettent à l’appareil de se connecter à vos comptes Facebook et Flickr (uniquement sur les modèles pourvus d’un écran couleur).
La Squeezebox est capable de lire les principaux formats audios à savoir: MP3, FLAC, WAV, AIFF, WMA, Ogg Vorbis, HE-AACv2 et Apple Lossless.
Certains modèles sont dépourvus de haut parleurs et devront donc être connectés à un ampli.
Le principal problème des Squeezebox, est la nécessité d’installer un soft propriétaire sur une de vos machines. Nommé Squeezebox Server, il est disponible en téléchargement ici pour les principaux OS, à savoir, Windows, Mac OS et Linux.
Il existe également des versions spécifiques qui peuvent être installées sur les NAS de chez Netgear ou encore sur un Windows Home Server.
Une fois le soft installé, il faudra lui indiquer le répertoire contenant votre musique et après démarrage du service, celle ci pourra être écoutée depuis n’importe quelle Squeezebox de votre réseau. Bien entendu pour cela, le service devra rester actif, ainsi que le PC sur lequel il est installé.

Squeezebox Radio

Squeezebox Radio

Autre problème évoqué par de nombreux utilisateurs de Squeezebox, l’écoute de Webradios qui souffre de nombreuses coupures ou non disponibilité des flux. Les Squeezebox semblent ne pas se connecter directement aux flux des radios, mais plutôt au siteMySqueezeBox qui agit comme un hub et semble avoir des difficultés à tenir la charge.
Enfin, dernier problème constaté durant mes tests, le Squeezebox Server n’est pas compatible avec les bibliothèques de Windows 7. Pour rappel, Microsoft a introduit la notion de bibliothèque sous Windows 7, afin de permettre le regroupement de fichiers se trouvant dans différents dossiers et/ou différents disques durs au sein d’une bibliothèque. Comme Squeezebox Server n’autorise pas la saisie de plusieurs répertoires, il faut que toute votre musique se trouve dans un même et unique répertoire, sauf si vous êtes utilisateur de iTunes car dans ce cas vous pouvez partager votre bibliothèque iTunes via une simple case à cocher.

Squeezebox Boom

Squeezebox Boom

Coté encombrement, qualité sonore et prix, le modèle qui pourrait m’intéresser est la Squeezebox Radio (~160€). Malgré un simple haut parleur, et donc un son mono, les retours d’utilisateurs sur la qualité d’écoute sont plutôt positifs. Pour ceux intéressés par plus de puissance ou par un modèle stéréo, il faudra se tourner vers la Squeezebox Boom (~230€). Autre différence entre ces 2 modèles, la version Radio est livré sans télécommande ! Celle ci peut être achetée à part dans un bundle télécommande + batterie pour 50€. Pour info la batterie donne une autonomie d’environ 6h à votre Squeezebox Radio et la rends donc autonome.
Heureusement on pourra se passer de télécommande grâce à l’utilisation de l’application Squeezebox pour Android qui permet de contrôler vos Squeezebox depuis votre smartphone. Vous pourrez donc rechercher de la musique, constituer des playlist plus facilement que depuis les contrôles de la Squeezebox. L’application est disponible sur le Market.
Coté iPhone / iPad il ne semble pas y avoir d’appli officielle à ce jour.

Squeezebox : app Android

Squeezebox : app Android

Philips, avec sa gamme Streamium a également développé un équipement similaire.
Le principe est le même à savoir, écoute de webradios et de musique partagée sur le réseau local.  Les formats audios compatibles sont identiques, en revanche pour les amateurs de Deezer et Spotify il ne semble pas y avoir de possibilité d’écoute avec la gamme Streamium.
L’approche de Philips est légèrement différente de celle de Logitech coté « serveur », car il n’est pas nécessaire d’installer un soft propriétaire afin de pouvoir streamer votre musique.
En effet, Philips a choisi de s’appuyer sur le standard DLNA. Pour rappel ce standard d’interopérabilité autorise principalement le partage de contenu multimédia par streaming.
Ce standard étant massivement intégré il n’est pas forcément nécessaire d’installer quoique ce soit sur votre PC afin d’en partager le contenu. Par exemple Windows Media Player 12 ou encore XBMC font office de serveur  DLNA et sont probablement déjà installé sur votre médiacenter.
Malgré tout, si vous le souhaitez, vous pouvez  installer la licence Twonkymedia fournie avec les Streamium, celle ci fonctionnant aussi bien sous Windows, Mac OS que sous Linux.
Grace à l’utilisation de cette norme, il n’y a pas besoin d’application Android/iPhone/iPad officielle. De très nombreuses app sont déjà disponibles sur le Market / Store. L’application 2Player, disponible gratuitement sur le Android Market, vous permet de choisir votre serveur de contenu,  ainsi que votre lecteur parmi les différents équipements de votre réseau. Vous pouvez par exemple choisir de diffuser la musique sur votre smartphone, sur votre PS3 (compatible DLNA), ou sur votre Streamium !
Autre avantage, mais qui semble dépendre du serveur DLNA utilisé: il est possible de commencer la lecture d’un fichier audio (podcast par exemple)  sur un appareil, puis de la poursuivre sur un autre appareil, la lecture reprenant là où elle s’était arrêtée !

DLNA: application Android 2Player

DLNA: application Android 2Player

Le gros problème reproché à la gamme Streamium est la fiabilité de son firmware. En effet, Philips semble avoir mis beaucoup de temps à fiabiliser son software embarqué. Il est donc fortement conseillé d’effectuer une mise à jour de l’appareil avant de commencer à l’utiliser. Heureusement les dernières versions semblent assez stables et les mises à jour s’effectuent simplement via un menu. Il ne semble pas y avoir de problème de perte de connexion durant l’écoute de webradios comme avec les Squeezebox.
Attention, certains utilisateurs indiquent avoir du mal à obtenir une connexion Wifi stable avec leur Streamium, alors qu’au même endroit leur PC portable capte le le Wifi parfaitement.
Chez Philips, les appareils sont un peu plus encombrant, et le seul modèle correspondant à mes critères est le Streamium NP2900. Il offre une puissance de 2x10W, une bonne restitution sonore, possède un écran couleur comme la Squeezebox Radio et est fourni avec une télécommande et un support mural. En cherchant bien on peut le trouver aux alentours de 200€ sur le net, mais c’est un modèle qui commence à se faire rare…
Petit défaut de conception sur ce modèle la prise casque qui se trouve à l’arrière de l’appareil, et qui n’est donc pas simple d’accès contrairement à celle des Squeezebox.

Streamium NP2900

Streamium NP2900

D’autres marques se sont lancé sur ce créneau comme Sophos, mais cette marque s’adresse davantage aux audiophiles et le budget à prévoir est nettement plus important.

Une dernière petite remarque, les modèles Squeezebox Radio et Boom ainsi que le Streamium NP2900 sont équipés d’une fonction réveil !

Il ne me reste maintenant plus qu’à choisir un modèle. J’ai une préférence pour les Streamium du fait de leur utilisation du standard DLNA.
En revanche, quel que soit le modèle que je choisirai, j’ai une petite apréhention quand à l’utilisation de ce type d’appareil en millieu humide, genre salle de bain…

Je posterai certainement un petit test dès que j’aurai choisi, commandé et reçu l’appareil !