Archive

Posts Tagged ‘Remote Potato’

Changement de routeur: Linksys E4200 – Partie 2

Suite du précédent post sur le remplacement de mon routeur Linksys WRT54GS par le Linksys E4200.

Commençons par déballer le routeur.

Le routeur est livré avec son transformateur, un câble réseau RJ45, un CD d’installation pour Windows, et une petite doc.
Coté design, pas de surprise, il est vraiment aussi sympa que sur les photos que j’avais pu voir.
Une fois allumé, le logo Cisco s’illumine d’une lumière blanche assez sobre.
Bref, par rapport au WRT54GS c’est le jour et la nuit. Et tant mieux, mon épouse ne me demandera pas de cacher le routeur dans un placard ou en haut d’une étagère 😉

Linksys E4200: logo illuminé

Linksys E4200: Logo illuminé

En revanche, un petit reproche pour le choix des plastiques utilisés sur le dessus de l’appareil: il a tendance à accrocher la moindre poussière qui traîne, résultat à peine branché, le routeur présente déjà des traces…

Linksys E4200: 1ere traces de poussière...

Linksys E4200: 1ere traces de poussière...

Passons maintenant à l’installation.
Pour les branchements, il suffit de raccorder le routeur au secteur, de connecter votre PC à un des ports du switch Gb intégré (port bleu), et enfin de connecter le câble ethernet de votre modem ADSL au port dédié du routeur (port jaune).

Pour la configuration, 2 solutions. Soit se connecter directement sur le routeur via un navigateur Web en utilisant l’URL http://192.168.1.1 et le login/password: admin/admin ou alors, utiliser le CD fourni sur un PC Windows afin de procéder à une installation simplifiée.
Voici les différentes étapes du paramétrage via le logiciel Windows:

Etape 1: License d'utilisation

Etape 1: License d'utilisation

Etape 2: Connection du routeur

Etape 2: Connection du routeur

Etape 3: Recherche du routeur

Etape 3: Recherche du routeur

Etape 4: Configuration du login / password

Etape 4: Configuration du login / password

Le champ « Nom du routeur » sera utilisé comme SSID (nom de votre HotSpot WiFi) ainsi que pour nommer le routeur. Le password sera utilisé pour se connecter à l’interface de configuration WEB et également comme clé WPA/WPA2 par défaut.
Attention il semble que le login de connexion à l’interface de configuration WEB soit libre… c’est à dire que n’importe quel login semble accepté ! Pas terrible coté sécurité…

Etape 5: Configuration du routeur

Etape 5: Configuration du routeur

Etape 6: Félicitations !

Etape 6: Félicitations !

Maintenant que l’accés au routeur est configuré, je reboote sous Ubuntu pour une configuration plus complète.
Pour cela, il suffit d’ouvrir votre navigateur Web préféré (Chrome dans mon cas), de vous connecter à l’URL http://192.168.1.1 en utilisant le login de votre choix et le password créé lors de l’étape de préconfiguration précédente.

E4200: Ecran principal de configuration

E4200: Ecran principal de configuration

1ere étape, configurer ma connexion WiFi, à savoir, les fréquences, le SSID et le type de protection à utiliser.

N’ayant actuellement aucun appareil compatible avec la plage de fréquence 5GHz, je désactive ce point d’accès.
Concernant le point d’accès 2.4GHz, comme certains de mes équipements sont connecté en WiFi g et d’autres en WiFi n, j’utilise le mode Mixte qui permettra ainsi à chacun de mes appareils de se connecter.
Enfin, pour sécuriser davantage mon réseau, j’invalide la diffusion du SSID, c’est à dire que ma connexion WiFi ne sera pas listée si je regarde les réseau sans fil disponible depuis mon téléphone par exemple.
Pour me connecter, je dois créer une nouvelle connexion, et saisir manuellement mon SSID en plus de la clé.

Linksys E4200: configuration point d’accès WiFi

Linksys E4200: configuration point d’accès WiFi

2ème étape, choisir le mode de sécurisation du WiFi et choisir une clé solide.
Oubliez, les protections WEP et WPA qui ne sont pas assez robuste et optez pour une protection WPA2 personnel.
Enfin créez une clé suffisement longue et complexe afin de renforcer la sécurité de votre réseau.

Linksys E4200: Sécurité WiFi

Linksys E4200: Sécurité WiFi

Dernière étape de sécurisation, limiter l’accés au WiFi aux seuls équipements autorisés.
Pour cela, l’écran ‘Filtre MAC sans Fil’ permet de saisir l’adresse MAC des équipements autorisés à se connecter.
A l’inverse, il est également possible de saisir les adresses MAC des équipements à exclure du réseau WiFi.
Malheureusement cet écran est extrêmement limité. Seule la saisie de l’adresse MAC est possible, alors que dans le firmware Tomato de mon WRT54G il était possible d’associer un nom d’équipement à chaque adresse MAC, ce qui facilite grandement la configuration.

Linksys E4200: Filtre MAC sans fil

Linksys E4200: Filtre MAC sans fil

Linksys WRT54GS: Filtre MAC sans fil

Linksys WRT54GS: Filtre MAC sans fil

Maintenant que le WiFi est correctement configuré et sécurisé, j’affecte une adresse IP fixe aux principaux équipements de mon réseau, à savoir mon PCHT et mon PC de bureau.
Par défaut, le serveur DHCP embarqué dans le routeur affecte une adresse IP dynamique à chaque élément connecté.
Il est cependant possible de forcer l’utilisation d’une adresse IP spécifique pour chaque équipement via un écran dédié.
Cela peut s’avérer nécessaire pour que certains logiciels puissent fonctionner.
Dans mon cas par exemple, j’utilise le logiciel Remote Potato pour pouvoir programmer des enregistrements à distance sur mon MediaCenter, voire éventuellement streamer de la musique et des vidéos. Le logiciel est un service Windows qui écoute certains ports. Pour y accéder de l’extérieur, il est donc nécessaire de router les connexions entrantes  utilisant ces ports vers mon MediaCenter. Pour configurer ce routage il suffit d’indiquer l’adresse IP de l’équipement vers lequel rediriger la requête. Il est donc indispensable que cet équipement utilise systématiquement la même adresse IP. Ceci n’étant pas garantie par le serveur DHCP, j’utilise donc l’affectation d’adresse IP statique pour mon MediaCenter.
L’écran ‘Réservation DHCP’ permet cela, à savoir associer un équipement via son adresse MAC à une IP statique.

Linksys E4200: Réservation DHCP

Linksys E4200: Réservation DHCP

Voilà, mon réseau est à nouveau up et les principales fonctionnalités du WRT54G sont là. Enfin quasiment toutes…
Il n’est pas possible de réveiller un équipement à distance via l’utilisation du WoL. Il n’est pas non plus possible de planifier des plages horaires durant lesquelles le WiFi sera coupé. Enfin la configuration de la Qualité de Service (QoS) est dès plus basique.
Je ne reviendrai pas non plus sur l’absence de graphe de suivi de bande passante, ni sur le fait que je site est statique, lourd et extrêmement lent…

Linksys WRT54GS - Access Restrictions

Linksys WRT54GS - Access Restrictions

Linksys WRT54GS: Wake On Lan

Linksys WRT54GS: Wake On Lan

En l’état mon avis est assez mitigé sur ce routeur. Certes il a une meilleure portée WiFi et offre la compatibilité avec la norme N, son design est très sympa, son switch Gb intégré va venir remplacer mon ancien switch, mais en contrepartie, le firmware est très inférieur à celui du WRT54GS + Tomato.
Je vais donc tester durant les prochains jours le routeur en utilisation intensive aussi bien en WiFi qu’en ethernet Gb.
S’il s’avère stable, la prochaine étape sera d’essayer de flasher le firmware avec une version alternative afin de récupérer les fonctions manquantes de Tomato.


Au placard !
Au placard !

Je reviendrai sur mes tentatives de flashage dans un prochain post.

Publicités

Mon Homecinema – Evolutions: 2007 – aujourd’hui

Suite du post sur l’évolution de mon Homecinema de 2003 à 2007.

Entre la PS3, la TV, le boitier Popcorn Hour, l’enregistreur DVD et l’ampli, la gestion des télécommandes commence à devenir un peu complexe et pour le WAF (Woman Acceptance Factor) ce n’est pas terrible.
D’où l’achat d’une télécommande universelle Logitech Harmony 525.
Il s’agit d’une télécommande programmable, qui permet de prendre aisément le contrôle de vos différents appareils, mais également d’en faciliter l’utilisation.
Une télécommande universelle ‘classique’ permet de réduire le nombre de télécommande à une seule, mais ne facilite en rien l’utilisation des appareils. En effet, il est nécessaire de sélectionner l’appareil à utiliser sur la télécommande avant de pouvoir le piloter, donc on continue à ‘jongler’ entre les différents appareils…

L’intéret de la Logitech Harmony est de pouvoir programmer des activités, afin d’enchaîner une série de commande et de mettre la télécommande dans un état spécifique à cette activité.
Je m’explique. Admettons que vous créez une activité ‘Regarder DVD’.
Si vous cliquez sur cette activité la télécommande va par exemple allumer la TV, l’ampli, puis le lecteur DVD.
Lorsque vous cliquez sur les boutons de contrôle du volume, ils agiront sur l’ampli, lorsque vous faite Play ou Eject, les commandes agiront sur le lecteur DVD, ainsi de suite.
Cette télécommande permet donc de se faciliter grandement la vie, et cerise sur le gâteau, sa programmation est très simple !
Un logiciel vous permet de selectionner vos appareils via leur marque et modèle, puis de configurer vos ‘Activités’. Une fois la configuration terminée, il suffit de connecter la télécommande au PC via son port USB et de la mettre à jour.
Grâce à cette télécommande j’ai pu ranger toutes mes autres télécommandes dans un placard… sauf la télécommande de ma PS3, qui fonctionne via Bluetooth.

Logitech Harmony 525
Logitech Harmony 525

Comme indiqué dans mon précédent post, fin 2007 j’ai déménagé.
Mon salon est maintenant un peu plus spacieux, et je n’étais plus très satisfait par le ‘son’ de ma config. Donc après 4 ans de bons et loyaux services, j’ai décidé de remplacer mon ampli par un modèle plus puissant, décodant les nouveaux formats HD, et permettant de servir de ‘Hub’ HDMI. Après pas mal de recherche , je me suis laissé tenté par le Sony STRDG820 suite à de bonnes critiques et un prix très attractif.
Le principal avantage de cet ampli est de pouvoir relier tous mes appareils équipés de connectique HDMI directement à mon ampli, ce dernier étant relié par un simple et unique câble HDMI à ma TV.
Donc moins de câbles qui pendouillent, mais également une ‘bascule’ entre appareils simplifiée. En effet pour passer de la PS3 à la Popcorn, il me fallait auparavant changer d’entrée sur mon ampli, mais également changer d’entrée HDMI sur ma TV.
Maintenant, un simple changement d’entrée sur l’ampli redirige à la fois le bon canal son ET vidéo.
Autre avantage de cet ampli, un micro permettant un auto calibrage du système.

Sony STRDG820

Sony STRDG820

Seul mon enregistreur DVD n’a pas pu passer par l’ampli pour la vidéo, celui ci ne disposant pas de sortie HDMI.
Comme la qualité des enregistrements obtenus ne me satisfaisait plus (tuner analogique + compression Divx) j’ai commencé à chercher un remplaçant pour l’enregistreur.
J’ai donc commencé à me renseigner sur les enregistreurs à disque dur, mais les prix m’ont rapidement refroidis: pour un enregistreur à 2 tuners TNT, avec un disque dur de bonne capacité, on approche rapidement les 800€ voire beaucoup plus si on veut un modèle avec tuner TNT HD et capable d’enregistrer en HD.

Suite à la lecture d’un article sur Windows 7 et plus spécifiquement sur son MediaCenter, j’ai commencé à me documenter sur le sujet. J’ai donc installé l’OS, alors ‘librement’ disponible en version RC, sur un vieux PC afin de tester l’ergonomie et après quelques jours de test j’ai décidé de franchir le pas et de me monter un vrai PCHT!

Comme ce PC est voué à rester constamment allumé ou en veille afin de pouvoir gérer la programmation d’enregistrements TV, j’ai sélectionné des composants performants, tout en surveillant la consommation de l’ensemble ainsi que les nuisances sonores générées. De plus, étant abonné à Canal+ via la TNT, j’ai acheté une carte tuner FireDTV T-CI avec son lecteur de carte C+.

Digital Everywhere FireDTV T-CI

Digital Everywhere FireDTV T-CI

Résultat, Windows Media Center 7 s’exécute automatiquement au démarrage du PC et la navigation s’effectue grâce à une télécommande.
La gestion des enregistrements via le guide EPG ou les mots clés n’a jamais été aussi simple !
Un vrai bonheur !
Contrairement à mon ancien enregistreur de DVD, les fichiers sont enregistrés sans aucune perte de qualité, vu que le flux TNT est directement enregistré sans aucune recompression. Les cinéphiles seront heureux d’apprendre que les différentes pistes sons et sous-titres sont conservés, ce qui veut dire par exemple que vous pouvez revoir les films enregistrés sur C+ (ou autres chaines faisant de la diffusion VM) aussi bien en VO sous-titrée ou en VF !
Principal inconvénient, le nouveau format de fichier propriétaire (extension WTV), qui n’est à ce jour compatible qu’avec Windows 7… donc impossible de relire vos enregistrements depuis votre distrib Linux préférée !

Pour ne rien arranger, il n’existe pas à ce jour de solution satisfaisante de transcodage / conversion / édition du format WTV vers des formats plus communs.
J’y reviendrai dans un prochain post, mais si vous souhaitez conserver les différentes pistes sons et sous-titres en convertissant vos fichiers WTV… ç’est là que ça se complique !
Ce PC étant désormais connecté sur la TV, j’en ai profité pour revendre mon boitier Popcorn Hour, ainsi que mon NAS, le PC stockant lui même ses propres fichiers !
En revanche, les fichiers de programme TV HD sont lourds. On est facilement à 8 Go par film, donc le stockage devient rapidement un problème si comme moi vous vous constituez une vidéothèque. Dans mon cas mes 2x2To sont quasiment pleins. Heureusement j’avais prévu un grand boitier, donc je vais facilement pouvoir ajouter de nouveaux disques durs afin d’étendre la capacité de stockage du PC. Il s’agit cependant d’une solution temporaire. Je souhaite à terme séparer les fonctions de stockage et celles de MediaCenter, mais j’y reviendrai plus tard.

Un tuner c’est bien, mais 2 c’est mieux ! J’ai donc ajouté un second Tuner à ma config. J’ai choisi le modèle Avermedia Volar Black USB car ses drivers sont compatibles Windows Media Center 7, qu’il est relativement petit et qu’il ne coûte qu’une vingtaine d’euros.

Avermedia Volar Black
Avermedia Volar Black

La configuration d’un second tuner se veut très simple, avec la possibilité de choisir le tuner à utiliser en priorité sur certaines chaines (tuner FireDTV pour les chaines cryptées) par exemple, mais dans la pratique, un bug non résolu à ce jour rend la configuration très complexe… J’y reviendrai plus en détail dans un prochain post.

Autre avantage de Windows Media Center 7 (wmc7), les nombreux plugins disponibles, permettant par exemple l’affichage de la météo, de vos mails, de votre TL Twitter, …
Le plus connu est certainement MediaBrowser qui permet de classer aisément vos films et séries TV tout en récupérant automatiquement en ligne les résumés, notes Imdb, fan-arts, …
La présentation est alors possible à la manière du coverflow d’Apple par exemple, mais peut être personnalisée aisément. Je reviendrai plus tard en détail sur les fonctionnalités de Mediabrowser et sur la façon de le configurer.

MediaBrowser
MediaBrowser
MediaBrowser
MediaBrowser

Un autre plugin nommé « Remote Potato » permet de programmer les enregistrements de votre wmc7 à distance via un browser Web. Il permet même de streamer vos enregistrements et musiques à distance.

Remote Potato

Remote Potato

Pour ne rien gâcher, une application pour iOS et Android vient de voir le jour… Imaginez un peu programmer vos enregistrements depuis votre smartphone! Ce qui semblez être de la SF il y a quelques années encore, est maintenant faisable !

Autre intérêt d’un PCHT, la possibilité d’utiliser plusieurs logiciels mediacenter, certains étant plus adaptés à certaines utilisations que d’autres. Dans mon cas, wmc7 est le compagnon idéal pour tout ce qui tourne autour de la TV. En revanche, pour la visualisation de séries TV US, j’utilise Xbmc.
Tout comme wmc7, il permet via des ‘Scrappers’ de récupérer automatiquement les infos et images associés à vos séries TV et films. Je le trouve plus léger et personnalisable que wmc7, et qui plus est, il est OpenSource ! Seul reproche, il ne gère pas les tuners TV… mais ça devrait changer dans les futures versions… prévues… en 2013, donc il va falloir être patient !

Xbmc
Xbmc

Là encore des applications Xbmc pour iOS et Android sont disponibles, permettant d’utiliser votre smartphone comme une télecommande évoluée.

Enfin, dernières évolutions à ce jour, remplacement de la partie son de ma config. Seul le caisson de basse Audience a été conservé.
Pas très satisfait par le son de l’ampli Sony (pas assez puissant à mon gout), le l’ai remplacé en 2010 par un Onkyo TX-SR608.
Une vraie petite merveille (même si le modèle 609 de la gamme 2011 inclut un connecteur ethernet et un meilleur upscaler 😦 ) ! Tout comme le Sony, il permet via un micro de s’autocalibrer et dispose de nombreuses entrées HDMI. La norme retenue par Onkyo, est le 1.4 ce qui signifie que cet ampli permet de faire transiter un fux vidéo 3D. Le son obtenue est à mon gout bien meilleur qu’avec le Sony, et surtout beaucoup plus puissant.

Onkyo TX-SR608
Onkyo TX-SR608

Le pack 5.0 Pioneer est quand à lui remplacé par le pack Jamo S606-HCS3. Là, c’est vraiment le jour et la nuit: puissance et précision, plus de basse… je redécouvre mes films !

Jamo S606-HCS3
Jamo S606-HCS3

J’allais oublier… le vieux clic-clac inconfortable vient tout juste d’être remplacé par un vrai canapé super confortable avec ‘relax’… et là, c’est que du bonheur !
Le plus dur maintenant, c’est d’éviter de s’endormir le soir, après une journée de boulot en regardant un film ou une série, confortablement allongé dans le canapé…
Enfin, dernier équipement… mais qui commence à prendre la poussière… un support TV, qu’il reste à fixer au mur. Mais pour cela il me faut terminer la peinture du salon 😉

Support TV
Support TV

Enfin, prochaines étapes (mais pas pour tout de suite), remplacer la TV par un modèle plus grand, car la l’écran 42″ qui nous semblait « immense » en 2007, nous paraît maintenant bien petit… Depuis le déménagement la distance canapé / TV s’étant allongée, un bon 55″ ou 60″ irait bien au mur 😉
Je suis également en train de réfléchir à une nouvelle solution pour le stockage / partage de données. Une solution à base de Windows Home Server (WHS) me tente bien…

Mais tout cela fera l’objet d’un prochain post…
En attendant, je vais essayer de me motiver un peu pour terminer la peinture de mon salon !